Bobby LARSON

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

J’habite à Toulouse et je viens de la Guadeloupe. Mon genre de prédilection est le thriller. J’aime les histoire dramatique et je suis sous contrat avec Le Lys bleu éditions pour la 1ere partie de mon roman « Unis malgré tout – livre 1 »


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Non. Je voulais être cuisinier, comme mon père. Ce n’est pas arrivé et tant mieux. J’ai commencé à écrire exclusivement des fanfictions quand j’étais au lycée ou au collège, mais sans jamais aller au bout de mes histoires. J’ai commencé à écrire mes propres histoires durant le confinement.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

Mon imagination, mon côté solitaire. Toutes ces histoires qu’on m’a fait lire pendant ma scolarité et que je n’ai pas aimé. J’ai toujours eu tendance à imaginer davantage que ce proposait les fictions que je lisais ou voyait. Je pense que j’étais frustré par toutes ces histoires qui n’allaient jamais assez loin selon mon point de vue.


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Non. Je suis allez au bout de très peu d’histoires, et les quelques-unes que j’ai terminé ont été publiées. Mon 1er livre en auto-édition, le second avec Le Lys Bleu éditions.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

C’est une passion et ça doit le rester. Je ne veux pas prendre le risque de perdre du plaisir à cause du stress et de la pression ; ni me mettre à faire n’importe quoi pour attirer l’attention et de potentiels lecteurs. L’écriture c’est avant tout mon échappatoire.


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Il n’y a que des bons côtés, à part cette petite frustration que je ressens quand je me demande ce que je pourrais accomplir si j’essayais d’en faire mon métier. J’y pense régulièrement. Juste le temps que je pourrais consacrer à prospecter les librairies. Le genre de vidéo que je pourrais faire avec ma chaine youtube. En vrai, j’essaye de garder en tête que j’ai la chance de ne pas dépendre financièrement de cette activité


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

La plus importante, c’est mon cahier des charges. Mes bons projets sont ceux qui se construisent tout seul, avec des idées qui me viennent comme ça, sans que je cherche forcément à imaginer mon histoire. Je note ces idées dans un bloc-note pour les utiliser et même les développer.

Je me relis beaucoup ; au point que je pense que mes textes sont bons parce que je les travaille et non parce que j’ai du talent. Par exemple, je relis régulièrement un chapitre, puis des chapitres à haute voix pour juger de si la lecture est facile, agréable… voir si l’histoire, les dialogues et les détails fonctionnent ensemble. Je me relis avant et après correction, en plus de me relire plusieurs fois après la réécriture.

Mes idées ou projet naissent soit pendant que je travaille soit pendant que je me détend. Mes histoires contiennent toujours une relation parent-enfant compliqué. J’essaye aussi de ne pas sexualiser à outrance la femme ; de pas juste en faire un objet de désir et de plaisir dans l’histoire et pour les lecteurs.


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Pour faire simple, prendre mes notes, penser à ce que je veux faire et surtout où je veux aller avec ce récit. Écrire, relire, écrire ou réécrire puis écrire.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments ou l’inspiration ne vient pas ?

Quand je pense à mes deux livres, je pense que mon inspiration vient de mon propre vécu et de toutes les fictions que j’ai vu ou lu. Oui, c’est là que c’est avantageux d’écrire juste par passion. Je me permets de faire des pauses, d’écrire autre chose, puis de reprendre là ou je me suis arrêté. Malheureusement, ça me force à relire tout mon texte pour savoir où j’en suis et ce que je ne dois pas faire. Là je vais reprendre l’écriture de « Unis malgré tout », mais avant ça je dois relire le livre 1 et ce que j’ai déjà écris pour le livre 2. Ça va être horrible et plaisant à la fois.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ? 

Dans « libre et digne d’être moi », il y a un peu de moi-même, de mon vécu et de mes sentiments. Il y a clairement un passage reflétant exactement un moment de mon adolescence. J’espère que mes proches ne s’en rendront pas compte. Je n’ai aucune envie d’avoir une conversation à cœur ouvert sur le sujet.


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

Mon envie de soutenir certaines luttes, de soutenir les victimes. C’est pour ça qu’il y a toujours un petit message destiné aux lecteurs dans mes livres. J’ai envie de dire aux lecteurs, surtout aux jeunes lecteurs, ce que j’aurais voulu qu’on me dise à leur âge.


Y’a-t-il un livre qui a été plus difficile à écrire ? Et un plus simple ?

Oui et non. « Libre et digne d’être moi » a pris du temps à écrire parce que je devais puiser en moi les ressources sentimentale puisqu’il parle de sujets sensibles, comme le traumatisme, les violences domestiques et l’homophobie.

« Unis malgré tout » est et sera plus difficile parce que c’est une histoire longue. C’est une histoire dans une autre histoire. Je dois donc écrire en pensant à ce que je veux faire avec ce qui va suivre. Elle me demande plus de minutie.


Avez-vous une préférence pour l’un de vos romans ? Pourquoi ?

« Unis malgré tout » parce que je touche à plus de chose. Je construit davantage que pour mon autre livre. La romance d’un des deux personnages principaux, la complexité des relations et réactions, ainsi que la façon de retranscrire les émotions, de rendre le tout vraisemblables ; tout ça est un défi.


Êtes-vous satisfait du « succès » de vos livres ?

En attente du succès, je suis satisfait des avis et des critiques. Ils sont positifs et c’est encourageant.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Non. J’ai des exigences personnelles à respecter et donc des difficultés ; c’est pour cela que j’ai décidé de mettre en pause l’écriture du 2nd livre de « Unis malgré tout », mais jamais je n’ai eu envie d’arrêter. Écrire fait partie de mon identité.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

J’ai un projet en cours, le récit de « Unis malgré tout » dont j’écris le livre 2 en ce moment. Il sortira sans doute au cours de l’année 2023.
J’ai un projet de roman que je n’ai pas encore commencé. Je ne sais pas s’il verra le jour. Pour le moment, il ressemble plus à une idée banale qu’à un projet concret.


Autoédition ou maison d’édition ? Pourquoi ce choix ?

Autoédition de préférence. Je ne veux pas avoir à rendre des comptes à qui que ce soit. Si je passe par un éditeur, ou un intermédiaire avec de bons services (comme librinova), c’est parce que les auteurs auto-édités sont souvent marginalisés par les libraires.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

« Unis malgré tout » est un drame familial et social. Il montre le pire que chacun peut faire en prenant les mauvaises décisions. En toute honnêteté, je pense prendre cinq ans pour le terminer ; surtout si je publie un livre par an. Mes personnages principaux sont des cousins.
L’aîné est un ex-prisonnier, le cadet est un lycéen. Les deux sont des motards. Le plus jeune sera amené vers le pire à cause de sa façon de gérer ses relations. Son cousin est en quête de vengeance, mais prendra la direction inverse. Le « lâcher prise » est le thème sur lequel je construit leur vécu et leurs défis.


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? De quelle manière ?

J’aimerais réellement que chaque personne qui lira mes livres écrive son avis dans un espace commentaire, ou vienne discuter avec moi.
Je veux connaître le ressenti de ceux qui me donneront une chance.


Êtes-vous présent sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Oui, je suis présent surtout sur instagram et twitter. J’ai un compte facebook, mais ce n’est vraiment plus un réflexe d’y aller.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ? 

Il fut une époque, je lisais tellement que je commençais à avoir une bibliothèque. Je lis bien moins aujourd’hui, mais c’est toujours un de mes passe-temps. J’aime les thriller. S’il y en a un qui m’a marqué, c’est Vendetta de R J Ellory.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

J’aimerais écrire une histoire dans laquelle même le personnage le moins important est, en quelque sorte, mis à l’honneur et développé si c’est intéressant. Je veux écrire un drame familial qui peut permettre à un lecteur de constater qu’il a eu un comportement toxique avec quelqu’un. Je veux faire quelque chose qui peut pousser le lecteur à se poser des questions sur lui-même.


Avez-vous d’autres passions ?

Les jeux vidéos, les manga, les films, l’humour de Bob Lennon.


Un dernier commentaire ?

Que la passion vous guide.


CONTACTER L’AUTEUR

Email : ludosworkforce@gmail.com

Instagram : https://www.instagram.com/bobbylarsonecrivain/

Boutique : https://utip.io/bobbylarson/shop


BIBLIOGRAPHIE

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s